vendredi 30 septembre 2011

Affaire Karachi... bien pire qu'un scandale.

Inutile de revenir sur les tenants et aboutissants des dernières affaires politico-militaires qui salissent encore un peu plus la France depuis quelques temps.
Le journal Mediapart nous en a déjà tellement dévoilé et expliqué sur les arcanes obscures de ces contrats qu'il n'est pas la peine d'en rajouter.
Mais là où je suis particulièrement choqué c'est sur le fait même que ces ventes d'armes semblent en rien poser problème à qui que ce soit.
On parle pourtant ici de matériel de guerre susceptible de faire des montagnes de morts sans que personne ne semble s'en indigner.
Ne nous attardons même pas sur le coté financier de ces affaires où les chiffres font tourner la tête.
Il semble d'ailleurs que ce soit à ce même titre -l'argent que cela engendre- que par voie de fait on ne puisse pas s'en insurger.
Bah ! voyons ça rapporte un max de fric à des entreprises françaises, à l’état et à ce titre tout est donc bon à prendre.
Évidemment, il faut bien que je comprenne qu'il y a des guerres, que c'est comme ça, qu'on y peut rien et qu'il faut bien se défendre !
Il s’avère justement que je ne le comprends pas et que l'entendre me donne la nausée.
Vous ne trouvez pas cela étrange que toutes nos constructions morales soient mises au placard comme si de rien était dès qu'une guerre pointe le bout de son nez ?
Pour les ventes d'armes c'est la même histoire.
Que reste-t-il de nos belles manières, du « tu ne tueras point » lorsque le plus haut sommet de l'état engage ses meilleurs hommes afin de vendre du matériel de mort ?
L'affaire « Karachi » semble prendre la voie (l'autoroute) du scandale politico-financier, des millions par ci, des millions par là, un peu pour monsieur X, d'autres pour monsieur Y et des valises de biftons qui prennent les airs et transitent de vilains comptes en caisses noires.
Oui, oui... et tout ça pour du commerce de haines stupides et de morts qui le sont d'autant plus.
Mais tout cela vient seulement au grand jour car ces billets empoisonnés auraient financé une campagne présidentielle.
Qu'en aurait-il été sans cela ?
Probablement rien !
Si tout cela avait juste servi à enrichir grassement quelques intermédiaires, l’état ainsi que nos merveilleuses sociétés productrices on en aurait jamais entendu parler.
Quoi de plus normal que la France et ses dirigeants fassent tout leur nécessaire pour refourguer toutes leurs saloperies les plus venimeuses et destructrices sans que cela ne gêne personne.
Et pourtant chacun d'entre nous se doit de ne pas oublier que ces armes tueront à coup sûr des innocents.
De pauvres gens ayant eu la bien mauvaise idée d'être au mauvais endroit au mauvais moment.
Faudra-t-il aller expliquer aux familles que c'est ainsi et que l'on y peut rien ?
Et l'on appelle ces gens des marchands d'armes ?
Des trafiquants seraient tellement plus juste.
Au nom de quoi auraient-ils le droit au statut de « commerçants » alors que comme les dealers ils vendent du concentré de mort ?
Bien au delà d'un scandale d'état c'est une abomination nationale que de savoir que chaque jour qui passe sur notre sol est aussi celui de l'envoi vers d'autres contrées de fusils mitrailleurs, grenades, canons, bombes ou autres mines.
Hé oui ! Justement parlons-en des mines si formidablement bien dissimulées au travers de champs et de bucoliques campagnes (surtout lointaines) qui rendent au jour le jour à jamais caduques les rêves de grandes ballades d'enfants innocents.
Jambes, bras et pieds aux quatre vents pour l’enrichissement de nos industries militaires !!!
Que notre pays ait en son sein des sociétés qui fabriquent des armes m'est déjà trop pénible mais de savoir qu'elles les vendent un peu partout dans le monde afin de concrétiser les pires cauchemars de fous furieux m’ulcère littéralement.
Si il faut « bien qu'on se défende » alors commençons déjà par garder nos armes meurtrières pour nous et ce sans jamais nous sentir obligés de les exporter n'importe où et à n'importe qui à seules fins de faire du fric.
On ne qualifierait pas cela d'un « bon début » mais d'un début tout court.


mercredi 28 septembre 2011

Qu'est ce que le racisme?

Bien difficile pour chacun d'entre nous de ne pas entendre parler chaque jour, ne serait-ce qu'une seule fois, de racisme.
Ça en dégueule de partout et à toute heure.(cf « injures raciales »)
Alors essayons d'aller un peu plus au fond des choses en nous posant la question un peu différemment, si possible, sur ce qu'est le racisme.
Je crains que nous ne soyons submergés d’articles, de reportages et de discutions qui tendent finalement à nous faire oublier l'essentiel et parfois même, peut-être, à banaliser cette horreur.
Commençons donc par ce que nous dit la science.
Elle a fait des progrès tellement considérables qu'il nous faut absolument éclairer ce sujet des lumières nouvelles qu'elle a porté dessus.
En effet, les premiers Hommes seraient donc nés dans ce que l'on appelle communément la corne de l'Afrique.
De ce point de départ , qui nous serait à tous commun , la race humaine aurait colonisé l'ensemble de la planète bleue.
Voilà donc comment en une seule et unique argumentation devrait se taire toute possibilité de racisme !
La science nous dit, et cela de façon extrêmement simple, que nous sommes TOUS issus d'une seule et unique souche tout autant que nos couleurs de peaux sont uniquement dues à la différence de pigmentation nous permettant de nous protéger du soleil.
Aucunement donc de races différentes !!
Problème réglé vite fait bien fait serions nous tentés de dire et nous aurions raison.
Pourtant, il pullule toujours autant de gens racistes un peu partout.
Mais pourquoi et comment tout cela reste-il possible ?
Ces personnes seraient-elles suffisamment "stupides" pour ne s'en prendre qu'à une simple différence de pigmentation ou à une naissance un peu trop lointaine de la leur ?
Si la réponse est positive, elle fait tout simplement froid dans le dos, terriblement froid même !
Hors, il est à craindre que pour le noyau dur cette haine incommensurable soit bien basée sur ce seul constat.
C'est désespérant, effrayant mais sans doute bien réel.
Mais qu'en est-il de tous les autres?
S'ils ont réussi à dépasser les premières constations scientifiques, et à jusqu'à preuve du contraire quasi irréfutables, qu'est ce qui peut bien encore laisser ancrée cette farouche haine en leur cœur ?
Hé ! bien probablement de simples différences socio-culturelles... tout bêtement.
Le problème se reporterait donc sur celui de nos traditions millénaires que l'on ne partagerait pas avec ces « étrangers ».
Cette argumentation semble plus que fragile car si c'est ça la question que de défendre de très anciennes habitudes centenaires ou millénaires alors on se demande où se trouve la limite ?
Jusqu'où nous faut-il remonter et même nous arrêter ?
Parce que s'il faut remonter aux sources, à une prétendue pureté, à la quintessence de nos belles coutumes cela risque fortement de se faire au détriment de ceux qui la défende cette belle théorie.
Venant tous de la même région originelle toutes nos coutumes en découleraient de fait ...
Alors, Messieurs les racistes il ne vous reste plus qu'à foncer dans une bibliothèque et d'aller y consulter les ouvrages des plus grands anthropologues...
Vous ne manquerez pas d'y faire de magnifiques découvertes et surtout de vous y ouvrir bien grand l'esprit.
Là, évidemment, j'entends déjà les fous furieux de l'anti islam (très à la mode depuis quelques temps) me dirent que ces gens ne sont pas comme nous et n'ont rien en commun avec nous autres « bons catholiques » .
Et paf... encore tout faux !
Prenons un exemple : le prophète Mahomet se rendait à la grotte pour écouter les paroles d'un certain « Gabriel » … vous savez, le fameux archange qui a annoncé la venue de Jésus à Marie.
Mince alors !
Voilà pourquoi les Youssef sont nos Joseph ou les Mohammed nos Michel donc des gens si proches de notre propre terreau culturel !
Et puis, à propos de Jésus, Il est, lui aussi, dans le Coran et y tient une part très importante dans Celui-ci.
Pour les musulmans, comme pour les chrétiens, Il est celui qui viendra à la fin des temps pour séparer les vivants des morts.
« Oui, mais dans le Coran il y a de l'intolérance. »
Soit, c'est possible mais il y en a tout un paquet dans la Bible aussi comme la loi du Talion par exemple et j 'en passe... Mais (et c'est bien malheureux) il y a aussi les très instruits qui contribuent à répandre ce fléau en disant que le « problème de l'Homme africain c'est qu'il n'a pas su entrer dans l'histoire. »
Sauf que c'est justement l'Homme africain qui a écrit les premières lignes, que dis-je les premières pages, de l'histoire de l'Homme tout court !
Bien pire, le problème de l'Homme occidental c'est qu'il n'a su entrer dans l'histoire que pour exploiter et asservir les autres peuples depuis des centaines d'années et cela paraît sensiblement plus grave, non ?
L'esclavage n'a été exercé que des blancs sur les noirs à ma connaissance et de façon massive et abominablement cruelle.
Il y a aussi les antisémites qui, pour nombre, le sont parce que les juifs ont de l'argent.
Et là encore, en y regardant de plus près dans notre propre histoire, on se rend compte qu'autrefois les chrétiens ne voulaient pas toucher durablement l'argent considéré comme impur.
Par voie de fait, c'était les juifs qui qui s 'en occupaient... tout simplement !
Alors, ils ont fait les boulots dits « impurs » et maintenant on vient pleurer qu'une certaine quantité des grandes banques mondiales soient tenues par des juifs.
C'est un comble !
En plus, étant depuis toujours un peuple nomade, ils n'avaient d'autres possibilités que d'être de bons commerçants...  seule condition de leur survie.
Inutile de rafraîchir les mémoires sur les innombrables brimades et injustices dont ont été victimes ces gens.
Ah ! Oui c'est vrai : « ils ont assassiné le Christ !!! »
Le Christ, Lui même tout ce qu’il y avait de plus juif !
Disons surtout que des chefs religieux ont fait mettre à mort un des leurs qui était en passe de considérablement réduire leur pouvoir.
Bien d'autres seront morts pour les mêmes raisons... Socrate, Gandhi, Martin Luther King...
Nous faut-il aussi passer en revue ce que notre civilisation a fait subir à toutes les peuplades d'Amérique du sud ou plus récemment encore le terrible sort que fut celui des amérindiens ?
Sans doute non ?
L'intense "connerie" raciste a ainsi décimé des millions de gens un peu trop différents de nous autres « biens blanchis ».
Cette haine ne semble pourtant toujours pas rassasiée de tant de sang et ce malgré les évidences que nous avons énumérées plus haut.
Nous l'avons vu, pour tout ceux qui veulent bien s'en donner la peine, nos différences ne sont pas si grandes que cela en terme de culte.
Reste donc les problèmes sociaux, qu'en est-il ?
Il en est que l'Europe du nord se trouva fort dépourvue de la main d’œuvre nécessaire à l'aube de son explosion industrielle et qu'elle fit appel à toutes les bonnes volontés de ces anciennes colonies.
Des colonies... rien que ça !
Voici donc comment des centaines de milliers de personnes arrivèrent sous nos latitudes afin d'effectuer, en ultra majorité, l'ensemble des travaux que nous nous refusions de faire par nous mêmes.
Ceux qui sont venus ramasser nos poubelles, construire les hlm, voitures, routes et tout le reste sont assurément venus le faire parce qu'ils étaient pauvres et rêvaient d'une vie meilleure contre leur sueur donnée.
En plus de ne pas être aussi blancs que nous l'aurions souhaité ils avaient des coutumes et des religions différentes des nôtres.
Leur sort en était scellé et ils habiteraient dans des cités dortoirs mal conçues et vieillissant à vue d’œil, travailleraient aux trois huit et le tout au salaire le plus bas que possible.
Assez pour survivre mais sûrement pas suffisamment pour vivre tout court !
Bel exemple que celui là pour leurs enfants à qui l'on proposait gentiment de reprendre le flambeau de papa et maman tout en s'estimant heureux de pouvoir rester parmi nous.
Mais comme dans toute population certains n'ont pas manqué d'être intelligents et de s'accrocher à l’ascenseur social qui leur était proposé.
Oui, en ce temps là, l'école permettait encore de vraiment avoir sa chance de bien s'instruire.
Manque de chance, à diplômes égaux les « bons » français préféraient les autres « bons » français.
Quant à toi, français issu de l'immigration il te faudra redoubler d'efforts pour décrocher ton premier emploi mais aussi ton premier logement et la reconnaissance des autres.
Il faut bien avouer que tout cela n'a vraiment pas favorisé l'intégration et que trop souvent nombreux sont ceux qui se sont laissés aller à certaines facilités du rejet.
Pas question d'offrir tribune à ceux qui ont choisi la haine et la violence mais force est de constater que nos parents auraient vraiment bien fait de considérer avec respect tous ceux à qui ils ont demandé de faire tout ce qu'ils se refusaient à faire eux mêmes !
Au final, on se rend compte que la grande majorité des racistes le sont surtout pour causes de différences sociales qui ont eu pour malheur de radicaliser une situation qui n'en avait vraiment pas besoin.
Ce n'est peut-être qu'une voix dans le désert mais parfois les oasis ne sont pas que des mirages !


« Un raciste est un homme qui se trompe de colère. » Léopold Senghor.

[Une nuit que je me trouvais avec le Père D. à Auchwitz ma question fusa :
"Je n'arrive pas à comprendre comment des hommes ont pu être capables d'une chose pareille."
Il me répondit :
"Je me suis longuement posé la question aussi et ma seule conclusion  fut qu'il est heureux de ne pas le comprendre car ceux qui le comprenne sont des leurs."]
Merci à lui.







vendredi 23 septembre 2011

c'est la guerre!



Celle dite « froide » est officiellement terminée depuis un petit paquet d'années maintenant (quoique) et l'occident semble vivre en paix depuis ce temps.
Pas de guerre mondiale, pas de guerre civile ni de tensions militaires brûlantes entre les pays industrialisés et riches.
Et pour cause !
Si nous n'avons pas assisté à des conflits armés entre ces nations c'est « grâce » au fric car du moment que les puissants peuvent s'engraisser impunément et tranquillement sur les flancs éreintés des pauvres alors ils n'ont aucun intérêt à précipiter ces mêmes malheureux à s'entre tuer.
La guerre : c'est ça, des très riches et très puissants qui lorsqu'ils ont trop à perdre n’hésitent pas à envoyer, le plus souvent au nom de l’intérêt suprême de la nation, des peuples entiers à s'entre mutiler.
Ne vous y trompez pas car il y a toujours de la guerre qui sourd sous le calme apparent.
Aujourd'hui, cette guerre qui ne se dit pas c'est celle des intérêts financiers des grands états tenus par quelques dizaines de personnes dans chacun d'entre eux.
Prenons la véritable guerre des monnaies qui se mène en ce moment.
Évidemment celle de l'euro/dollar qui est bouillante en ce moment mais il y a aussi celle avec le yuan et le yen.
Or, plus la crise dite des dettes souveraines se tendra et plus cette bataille à coup de milliards s'apparentera à une vraie guerre.
En effet, les USA ont abattu l'ensemble de leurs cartes afin de continuer à vivre (en toute injustice) bien au dessus de leurs moyens et au détriment de l’ensemble de la planète.
C'est vrai, j'ai bon dos de stigmatiser les USA car c'est l'occident dans sa totalité qu'il faut dénoncer mais l'Amérique en est le fer de lance et l'archétype.
Le 21 septembre 2011 ils ont usé des derniers subterfuges utilisables et disponibles mais on voit bien que les autres pays du G20 commencent à faire la grimasse et les chinois depuis un petit plus longtemps que les autres.
Voilà que même nos bisounours de la zone euro finissent par se réveiller.
Ils se rendent compte, enfin, que l'euro fort est entrain de faire voler en éclat l'union (déjà très fragile) avec en toile de fond les traders, en bons soldats aux ordres de leurs capitaines de salle de marché, eux mêmes pilotés par la direction des grandes banques et de leurs puissants actionnaires.
N'oublions pas la quasi totalité de nos politiques lâches et complices d'un système auquel ils se sont
vendus.
Cette guerre qui se cache risque pourtant de propulser les nations vers un chaos financier.
Le grand perdant pourra toujours être tenté de se venger physiquement et bien réellement cette fois contre celui ou ceux qui l'auront mystifié.
Là, finie les batailles rangées derrières des écrans interposés et remplies de lignes de crédits mais bien le risque du retour du sang et des larmes pour la multitude.
Ceux qui ont le plus à perdre sont évidemment ceux qui auront le plus investi dans un système qui s'écroulerait et ne pourrait plus rien rembourser.
A ce jeu là, il semble bien que les chinois soient les plus exposés. Forts d'avoir transformé leur peuple en une main d’œuvre d'esclaves corvéables à merci, les dirigeants de l'empire du milieu pourrait un jour avoir à leur expliquer que de tout cela ils ne tireront jamais aucun fruit !
La merveilleuse nation qui leur doit le plus n'est autre que celle qui a déjà tiré sur toutes les ficelles et les ruses possibles et imaginables afin de se faire passer pour une nation hautement solvable.
Elle ne l'est pas, ou plus vraiment, et ceux qui la compose sont les derniers à s'en rendre compte trop abreuvés et saoulés d'overdoses de séries, films et discours les présentant sans cesses comme le phare du monde.
Quand le phare aura encaissé la vague de récession qui leur fond dessus et qu'il en aura chancelé sur son propre socle, le réveil avec la gueule de bois n'en sera que plus dévastateur.
La mondialisation porte ici plus que jamais bien son nom. Le désastre sera mondial tout imbriquées que sont l'ensemble des nations a ce marasme qui frappe à nos portes.
Prions alors fortement et longuement que, pour la première fois de l'histoire, les peuples ne soient pas dupes des chimères de leurs dirigeants et enfin se refusent à aller guerroyer pour cette poignée de gens qui n'iront, quoiqu'il arrive, jamais en première ligne (ni en seconde d'ailleurs).

En attendant, si comme moi vous voulez encore vous émerveiller à chaque instant de la beauté mystérieuse que l'univers a déposé ici bas, alors je vous invite à découvrir  mon livre et sa page Facebook " Népalsolo  "

PS : Si vous souhaitez être prévenus de l'arrivée des nouveaux articles, il suffit d'entrer votre adresse mail en haut à droite sur la page d’accueil.
















lundi 19 septembre 2011

La foutaise de la voiture electrique.



On nous la vend comme l'idée incontestablement géniale de ce siècle : la voiture électrique.
Tous s'accordent à dire qu'elle est le bel avenir de l'industrie automobile et que très bientôt nous roulerons tous au volant de leur magnifique invention écologique.
Nombreux sont déjà ceux qui ont traité de ce sujet bien avant moi et qui m'ont donc décidé à m'y coller à mon tour.
Laissez moi juste en quelques lignes vous décrire ma propre relation à l'automobile.
Enfant, mon père m'amenait à son garage le samedi où j’étais une sorte de petite mascotte du personnel. Papa changeait donc régulièrement de modèle de voiture et ainsi je baignais intégralement dans l'univers de la bagnole.
Une passion vite née et qui me gagnait pour très longtemps comme vous pourrez le comprendre.
Bien qu'étant encore très accroc à cette incroyable invention, avant tout pour la beauté de l'engin car lorsque je prends ma voiture je ne le fais pas uniquement pour me déplacer d'un point A à un point B mais pour y vivre une aventure et ainsi j'aime surtout les petites voitures légères, spartiates à souhait et plutôt assez anciennes mais cela ne m’empêche pas de rester néanmoins lucide sur l'avenir de l'automobile.
On nous explique donc que le futur est à l’électricité.
L'industrie automobile dans toutes ces composantes et variantes n'en est pas moins à un tournant crucial de son histoire.
Bien qu'on ait drastiquement réussi à faire baisser les consommations de tout ce qui roule de façon motorisée il n'en reste pas moins que le pétrole n'est pas inépuisable et qu'à l'heure où il devient de plus en plus coûteux de le rechercher et de l'extraire nous en augmentons chaque année la consommation.
Y'a pas que les transports qui en soient friands et toute notre société est basée sur son utilisation.
Pour entrevoir les énormes problèmes que tout cela présage vous reporter à mon article « cataclysme ? » .
Je voudrais aussi ici aborder l'énorme problème qu'est le diesel dont nous, français, sommes les champions du monde. Très peu de voix s'élèvent pour vous dire combien nous sommes à l'aube d'une catastrophe sanitaire due au diesel.
La France a sur-médiatisé ce mode d’énergie, nos constructeurs en sont devenus les leaders mondiaux et on a sous taxé le produit afin de le promouvoir au maximum... tout cela a parfaitement opéré.
Néanmoins, on a copieusement oublié de nous tenir au courant du poison violent que rejettent ces voitures ! Oui, je veux parler des fameuses particules fines.
Dès que cette mauvaise nouvelle avait fini par suffisamment se répandre, après plusieurs années tout de même, alors nos fabricants de bagnoles nous ont sortis la parade : le filtre à particules !
Très bien, génial, problème réglé alors ?
Hé ! Bien non, pas vraiment, car pour que celui-ci soit opérant et efficace, il est nécessaire que le moteur est atteint sa température idéale de fonctionnement. Donc après plusieurs kilomètres.
Passe encore dans nos campagnes aérées mais en ville... rien ne va plus.
Combien viennent grossir les rangs des allergiques chaque année ?
D'ailleurs j'en fais parti maintenant depuis quelques années.
Mais le plus grave, c'est que les enfants et surtout ceux en bas âges sont tout particulièrement touchés par ce fléau des particules fines.
Le nombre d'enfants souffrant de troubles respiratoires est en explosion depuis plusieurs années et tout justement dans toutes les grandes villes.
Pourtant, on en entend bien peu parler et encore moins du rôle capital qu'y joue le diesel.
Nous sommes sans doute assez proche d'un scandale du diesel comme le fut celui de l'amiante.
Pour cela, il semble qu'il faille attendre que la situation soit devenue si grave qu'elle ne puisse plus être passée sous silence !
Vous savez, un petit peu comme le scandale des algues vertes dans certaines parties de la Bretagne dont on a fini par entendre parler dès que le problème en devint mortel.
Il en sera donc probablement de même pour le sujet qui nous concerne ici.
Ah ! Oui, j'allais oublier le sujet principal justement... la bagnole électrique.
Du coup, je n'en ai presque encore rien dit et pour cause car il n'y a pas tant que ça à en dire.
En fait, son règne n'arrivera jamais et est quasiment mort dans l’œuf.
Par conséquent, arrêtons donc dés maintenant de faire croire aux gens que cette énergie est l 'avenir de nos transports et de l'industrie automobile mondiale car il n'en sera rien.
Tant que le pourcentage de ce type de voiture reste très faible alors ce sera jouable mais nous dire que bientôt nous roulerons tous avec ce type de véhicule est une ineptie.
Les raisons ?
C'est très simple :

1° : les métaux dont on a besoin pour l'élaboration des batteries qui en nécessiteraient des quantités astronomiques. ( tout comme le pétrole rien n'est intarissable !)
A l’échelle des besoins planétaires que cela représenterait, c'est juste irréalisable.

2° : le recyclage de ces mêmes batteries qui ont une durée de vie limitée tout comme celle de nos batteries de téléphones portables et tout autres appareils nomades.

3° : la quantité d’électricité nécessaire pour recharger nos autos tous les soirs à la maison et ce toute la nuit durant.
La production électrique dont aurait besoin un parc automobile majoritairement composé de voitures électriques serait impossible à atteindre dans des conditions écologiquement respectables.
Nombreux sont ceux qui vont m'objecter qu'il y a le nucléaire pour cela !!!!
Mais c'est une très grave erreur que celle là car il faudrait alors drastiquement augmenter la production par ce biais ce qui engendrerait des tonnes de déchets radioactifs supplémentaires.
Bien sûr, il nous suffira d'aller les enfouir sous terre avec les tonnes qui s'y trouvent déjà et le tout sans proposer la moindre solution aux dangers qu'ils font courir à l'ensemble de la planète.
En plus, et on commence seulement à vous le dire, le coût d’entretien et de remise à niveau du parc nucléaire coûte une petite fortune qu'on ne va surtout pas manquer de répercuter sur vos factures dans les années qui viennent. (si si vous verrez !)
Il faut aussi prier pour qu'il n'y ait pas de grandes sécheresses qui viennent à toucher les fleuves qui servent à refroidir les centrales car dans ce cas il faut immédiatement faire baisser la production sous peine de surchauffe et d'accident nucléaire !
Il faudrait aussi, et surtout, s'assurer que le lobby du nucléaire ne serait pas assez fou pour construire des centrales dans des zones à risques comme failles sismiques, bords de mer et qui feraient crever tout ce qui se trouverait autour pour des siècles en cas d'accident.... ha ! Tient on me dit que ça c'est déjà fait et que cela se nomme Fukushima... merde alors !!
Enfin, et pour terminer, l'hiver prochain lorsqu'il fera froid ne serait ce que 48 heures d'affilées et que l'on vous demandera de faire baisser votre consommation sous peine d'un black out total alors vous penserez à ce que vous auriez fait de votre voiture électrique qui serait en train de se recharger dans votre garage chauffé, surtout, car en plus les batteries n'aiment pas du tout le froid... tout pour plaire quoi ! Alors, vous y croyez encore à l'avenir glorieux de la voiture électrique ?

Il reste pourtant une alternative absolument géniale avec les inventions de Nikola Tesla. Seulement pour cela, il faudrait que l'Humanité face un pas de géant vers les notions de partage et de gratuité !
Cet inventeur de génie trouva l'énergie libre et quasi gratuite.
A visionner ici si les lobbys ne passent pas par là afin de censurer cette vidéo !!

https://www.youtube.com/watch?v=s1bOViq_HXI&list=WL&index=20


Il est possible de poster sur le site des commentaires du moment qu'ils sont constructifs.
Y.S


vendredi 16 septembre 2011

primaires! oui et jusqu'au bout

Pour le coup, se sont de vrais primaires que celles là mais surtout au niveau des idées ; oui comme elles sont primaires leurs idées au PS!
En cette soirée du 15 septembre 2011, je me suis calé dans mon fauteuil et même cramponné car je ne doutais pas trop de ce qui allait suivre.
Je n'ai pas été déçu de ce coté là !
Comme déjà décrit plus largement dans mon article intitulé « socialistes ? » il n'y a rien de nouveau sur l'horizon de ce parti.
La douce caresse d'un soleil revigorant l'âme du partage vrai et solidaire n'est plus là depuis belle lurette.
Malheureusement !
Leurs imminents membres sont encore et toujours englués dans le concept de la croissance à tout prix.
La gangrène libérale les a, eux aussi, gagnés et par conséquent pas un seul n'a esquissé la possibilité d'amorcer une pensée nouvelle qui ne soit pas basée sur le taux de croissance.
Un petit bémol pour Montebourg qui entrevoit peut-être un petit quelque chose.
Autrement, ils et elles nous ont tous encore servis la soupe indigeste de la dette à rembourser, des économies à faire et à venir, de leurs solutions miraculeuses afin de retrouver de la croissance et d'enrichir tout le monde.
Pas un seul ne semble voir ce qui nous pend à tous au nez, auquel personne n’échappera et ce au delà de toute les frontières dont nous avons balafrés notre belle planète.
Comment font-ils pour ne pas voir un éléphant lancé à pleine charge dans un couloir ?
D'ailleurs pas un mes deux éléphants !
Le premier porte une grosse pancarte « pétrole » autour du coup quant au second (bien plus furieux encore) une écrite « catastrophes naturelles ».
Ils vont copieusement nous piétiner dans un avenir assez proche et nos amis socialistes durant tout ce temps préfèrent continuer d'éclairer de tous leurs feux les abyssales égarements de Sarkozy et de toute sa clic.
Tout cela appartient d'ors et déjà au passé et doit être maintenant dépassé au plus vite.
Une énorme et très lourde page de l'histoire de l'humanité est probablement en train de commencer à être tournée et TOUS persistent et signent de leur sceau (sot ?) à proposer des solutions à notre crise du capitalisme néo-libéral.
Conneries !
Demain, peut-être après demain, les enjeux seront d'un ordre tout autre... celui de l’entraide obligatoire et forcée sous peine de très fortes déconvenues.
Quand les catastrophes naturelles seront devenues monnaie courante sur toute la surface du globe alors peut-être comprendront-ils combien on en avait que faire de la croissance et de la note AAA .
Ils nous diront tous, comme pour cette crise de la dette, que c'était imprévisible... foutaise.
Les états ne pourront plus guère longtemps indemniser les victimes de ces catastrophes et encore moins reconstruire systématiquement tout ce qui aura été détruit par dame nature.
La situation japonaise sonne comme un avertissement, une répétition générale de ce qui chaque jour pourra arriver sans crier gare.
La fonte des pôles est bien engagée et même bien plus rapidement que ne l'avait envisagé les spécialistes les plus pessimistes mais au lieu de ça ils continuent de nous seriner avec leurs débats sur la façon d'atteindre les 2% de croissance !!!
Lorsque je me relis j'en arrive à me demander si je ne divague pas, si je ne suis pas un peu fou en semblant crier seul (ou presque) dans cette immensité désertique ?
Comment est-il possible que nous ne soyons que cette ultra-minorité à voir quelque chose qui m'apparaît aussi visiblement que le nez au milieu de la figure ?
Que reste-t-il donc de « socialiste » dans cette société en décomposition ?
Celle-là même où tout est basé sur sur la cupidité et l’individualisme mais malgré cela les mots socialisme et communisme (entendus à leur sens premier) ne manquent pas de continuer à faire tressaillir d'espoir tout mon cœur lorsque je les entends.
Pourtant, moi aussi, j'ai été éduqué au beau milieu de cet horrible carcan de la compétition individuelle où tous s'entre-dévorent afin de gagner toujours plus.
Rien à faire, malgré tout cela, je demande que l'on me soigne de cette terrible maladie et c'est pour cela que je désespère d'autant plus contre les socialistes car de tout ça ils sont vides et ne proposent rien.

Grand Dieu que cela est dommage !!

ps: vous avez aimé ce petit billet... lisez celui nommé "socialistes?"



jeudi 15 septembre 2011

Gangrene liberale.

 Jamais dans l'histoire de la France on n'avait autant, et si rapidement, creusé son déficit que sous le règne de cette parodie de gouvernance.
De trop nombreux «gaulois» il avait si bien réussi à endormir la tête avec ses «travailler plus pour gagner plus.», de sa France qui se lève tôt en passant par ses belles promesses de moralisation du capitalisme.
Notre Nicolas, premier du nom, était pourtant le grand ami des libéraux étasuniens et en particulier de leur pantin qui leur servait de président: un certain Bush deuxième du nom celui là (comme si le premier ne fut pas suffisant.)
                                                   
L'effet du somnifère sarkoziste commençant à s'estomper et le réveil s’annonçait douloureux pour pour ceux qui l'avait pris.
Du coup, nous, feignasses d'assistés français allions freiner des quatre fers mais c'était sans compter sur notre fougueux cocher qui nous fouetta si bien que nous finissions par nous rendre à sa folle envie de libéralisme à l'américaine.
Cadeaux fiscaux en tous genres pour les particuliers les plus fortunés comme pour les plus merveilleuses de nos grandes multinationales françaises (Total en tête).
Le libéralisme américain triomphant venait de sonner à notre porte et elle lui fut grande ouverte avec tapis rouge immaculé en bonus.
Malgré les innombrables échecs de cette politique (de ce coté de l'atlantique comme de l'autre) notre marchand de sable national continue néanmoins de sévir sur tous nos écrans plats... plats comme les portefeuilles de trop nombreux français d'ailleurs.
Lui et toute sa bande nous assènent que c'est la faute «à la crise» et par voie de fait surtout pas la leur.
Cette crise: la pire depuis 1929 qu'ils nous disent!
Elle semble être tombée du ciel comme par magie et sans que personne ne sache pourquoi et comment... enfin si, un tout petit peu les subprimes américaines quand même et tient coïncidence ce sont celles de l'ami de notre président, celles d'un dénommé Bush!
Ainsi cette gangrène libérale a rongé l'ensemble des pays industrialisés en provenance directe des USA, ce fameux pays que notre président nous ventait tant et tant mais dont il ne dit plus mot aujourd'hui.
Durant sa compagne notre Nicolas avait pourtant loué les mérites de ce système qui permettait (et permettrait) à tout le monde de devenir propriétaire.
Il n'allait pas manquer de le transposer chez nous disait-il... jusqu'en 2008.
Là, patatras car on découvrait que quand on fait acheter des biens hors de budget à des pauvres ils finissent par ne plus pouvoir les rembourser.
Tout à coup, silence radio du coté de l’Élysée.
Pas question pour autant de corriger le tir et d'abandonner au plus vite les mesures qui étaient en train de couler les USA, sans compter que, eux, disposaient encore de leur arme de destruction massive: le dollar!
L’hégémonie de leur monnaie permettant encore de vivre à crédits, de profiter de son utilisation pour libeller les cours du pétrole et ce après avoir abaissés leurs taux à zéro, d'avoir rachetés des junkbonds à gogo, d'avoir ressorti la planche à billets afin de diluer leur situation catastrophique.
De la sorte, l'ensemble de la planète consent à permettre la continuité de ce scandaleux système.
De notre coté, on continuait de regarder tout cela comme éteints!
Au final on voit bien que cette crise ne vient pas de nulle part et que nos zozos locaux y ont eux aussi très lourdement et profondément contribué.
Il serait donc pas mal, un de ces jours, peut-être?, de finir par reconnaître que ce merdier messieurs les capitalistes c'est vous qui l'avez créé de toutes pièces.
Malgré tout cela donc notre tsar nouveau est toujours là et compte se représenter, l'air de rien, à la prochaine élection pestilentielle.
Toujours aussi bien épaulé par ses amis des instituts de sondages, il va rouvrir toute grande la porte qui nous conduit chez l'anesthésiste.
Cette fois, il va lui falloir sortir la plus grosse seringue de son tiroir car ils sont nombreux les centristes et les «gauchos» qui se sont laissés endormir il y a cinq ans et qui ne veulent pas repasser sur le billard de l'apprenti sorcier.
Maintenant que nous sommes montés dans le train à grande vitesse de l'ultralibéralisme il nous faudra, quoi qu'il arrive, du temps pour le stopper.
Alors, françaises, français, cette fois, n'allez pas vous assoupir dans le wagon lit aux sons des sirènes sarkozistes ou même hollandistes!
Quant au «F-haine», il n'est pas même utile de s'y attarder ici puisque son postulat de base tient dans la possibilité de classifier les êtres humains suivants leurs lieux de naissance, leurs origines ou leur religion... pure et simple folie que celle là.
Dans une démocratie digne de ce nom, nous, simples citoyens sommes en droit de vous demander que nos aspirations profondes soient entendues et respectées honorablement.
Quel que soit vos étiquettes politiques voyez combien à force de promesses in-tenues (et souvent intenables), d'inactions, de mensonges et de complaisances coupables aux seuls plus fortunés vous avez fait exploser les taux d'abstentions.
Que vous faut-il afin que vous compreniez que nous ne sommes plus dupes de vos manœuvres politiciennes sans fins?
Les plus pacifistes (dont je suis) sont lasses et amers de ce cirque mais il y a aussi les plus agités qui ne cessent de vouloir faire entendre leur colère.
Agissez donc avant de n'avoir tué notre démocratie.
Healey.
Commentaires bienvenus du moment qu'ils sont constructifs.






lundi 12 septembre 2011

Socialistes?

Force est de constater que nous sommes obligés de mettre un point d’interrogation après «socialistes» tellement on se pose la question de savoir ce qu'il en reste?
Comme la quasi totalité de la classe politique ce parti a cédé aux dogmes capitalistes.
Plus personne ne semble pouvoir ni vouloir penser qu'il y a autre chose que ce postulat de base pour tout modèle de société.
Après l'effondrement du «communisme» (je le mets entre guillemets car le communisme de fait n'a jamais été pratiqué sous nos latitudes et ce depuis des siècles et des siècles) il était bien normal que ceux qui l'avaient défendu tel que pratiqué ne viennent à disparaître et à perdre toute crédibilité.
Avec plusieurs millions de déportés et de morts, de privations de libertés publiques autant que personnelles, de misères matérielles et spirituelles, il était bien normal que cette idéologie disparaisse et se meurt.
Guerre froide terminée, faillite de toute l'URSS assurée, chute du mur de Berlin achevée et voilà le capitalisme triomphant comme seul et unique modèle durablement possible.
Quelques théoriciens capitalistes parlaient même de «la fin de l’histoire» comme si tout était fini et joué pour le bonheur et la liberté de tous.
Alors, le «communisme» est mort et n'en parlons plus.
Les faits le disaient: être capitaliste c'était vouloir le bien de tous, la prospérité de tout un chacun avec maison, bagnole, télé et électroménager complet assuré pour tout le monde … un petit bout de paradis quoi!
Les trente glorieuses se passent (et semblent bien nommées) avec un boom sans précèdent dans l'histoire du confort de l'être humain.
En plus, les démocraties avaient déjà vaincu au passage le fascisme et le nazisme, donc vous voyez on vous le redit : le capitalisme il n' y a pas mieux!
Sauf que ( bah oui il fallait bien qu'il y ait un «sauf que»)  il y a le premier choc pétrolier, une toute petite blague par rapport à celui qui nous attend, qui tire une première fois la sonnette d'alarme mais rien de bien grave et on commence à se lancer alors dans la course à l'endettement.
En 1978, la dette est de 73 milliards d'euros et ce n'est rien qu'un petit écart provisoire pour absorber le contre coup du choc pétrolier de 1974 ... en tous cas c'est ainsi qu'on nous l'avait présenté.
Sauf que quand on regarde la courbe fournie par l'insee (en fin d'article) on se rend immédiatement compte que l'exception est aussitôt devenue la règle!
A compter de cette date, non seulement aucun gouvernement ne l'a fait baisser mais l'a, au contraire, fait augmenter sans cesse et de façon exponentielle!!
On a donc vécu à crédits depuis 1975 sans qu'aucun de nos hommes politiques ne se pose la question de la pérennité d'un système fonctionnant ainsi!!
Ce mode de fonctionnement est le même dans l'ensemble des pays occidentaux et on peut donc dire que la voie de l'endettement est la marque de fabrique du capitalisme.
Pourtant, au fil des années, aucun chef d'état de l'OCDE ne remettra en cause la façon de faire qui semble banale et normale.
Le parti socialiste lorsqu’il était au pouvoir n'a fait ni mieux ni moins bien que les autres.
A son crédit tout de même, une décision capitale... celle de supprimer la peine elle aussi capitale... merci à monsieur Badinter.
C'est aussi l'avènement des années frics et d'une accélération du fossé creusé entre dirigeants et citoyens qui commence ici.
Les diplômés de l'ENA ont pris le pouvoir et ne le lâcheront plus … si ce n'est en coulisse et au bénéfice des seuls financiers.
Ceux là, ils se frottent les mains car nos dirigeants sont toujours plus dépendants des créances qu'ils créent et multiplient.
S'ils veulent garder le pouvoir et prolonger leurs mandats alors il faut leur foutre la paix aux banquiers et à leurs actionnaires.
Celui qui bronche : il dégage!
Voilà, c'est ainsi que les socialistes rejoignirent et épousèrent, l'air de rien et en catimini, les belles théories du capitalisme.
Ils jetaient ainsi aux orties les combats des Blum et Jaurès pour partager les trônes capitonnés des grands banquiers!
Et là, je suis sûr qu'il y en a quelques uns qui se disent «wah! ce type est d’extrême gauche!».
Vous voyez … c'est là que le tour de force est magistral car sitôt qu'une personne ose se dresser contre le capitalisme, il en devient un gros méchant rouge du style bolchevique avec le couteau entre les dents et les yeux injectés de sang. (rouge, ça va de soi.)
Ces gens ont réussi au cours des années à réduire toute velléité de critique ou de remise en question en une folie dangereuse pour la démocratie elle-même.
Si vous osez mettre en doute que ce système est le seul qui peut fonctionner alors vous êtes au choix : soit fou, soit un démagogue patenté.
Les socialistes ne jurent, eux aussi, plus que par les mots croissance, pouvoir d'achat, relance de la consommation, mondialisation et tout le gourbis qui va avec.
Summum de l'incompréhension c'est un gouvernement socialiste qui vote la rigueur (saignée) grecque et qui n'est condamné ni renié par aucun parti socialiste européen !!
Non, ils ne font que saluer le courage de ce gouvernement qui a su prendre des décisions braves et difficiles... on croit rêver !
Ces gens sont en train de brader les services publics de ce pays, solder leurs acquis à tous les grands prédateurs de la finance internationale et se disent, les fesses confortablement installées dans leurs fauteuils de ministres, encore socialistes !!
Comble de l'ironie c'est un socialiste millionnaire, alors à la tête du FMI, qui leur a fait voter ces mesures de dingue !
Pas une seule tête d'affiche socialo pour crier au scandale... bah non, y'a pas d'autre alternative que celle là !
Et puis avec le parfait scénario d'un DSK en sauveur du système, c'est trop beau pour nos bons socialistes français !
La quasi totalité du parti est subjuguée par le charisme presque mystique du socialiste de la place des Vosges ou du palais de Marrakech ou du loft de New York ou … et qui pète dans la soie !!
C'est l'étalon pur sang de la gauche française jusqu'à cette terrible nuit du Sofitel.
Mais pour notre part de petits français habitant plus Sarcelles que la place des Vosges il faudra aussi y passer à la saignée sauf qu'il faut pas trop le dire en pré-campagne électorale car on peut s'attirer les foudres de tout le reste de la classe politique et surtout celles de la finance.
Ha ! Oui, vous aviez peut être déjà oublié que le programme socialiste a d'abord été accepté et estampillé compatible avec la note AAA des agences de notations avant que de vous être proposé !!
C'est ça le plus important maintenant pour les Hollande, Aubry et consorts... garder notre superbe note financière .
Bien plus que de savoir ce que pense et vit vraiment le petit peuple qu'ils disent pourtant chérir !
Je l'ai déjà dit dans un billet précèdent et je le redis : plus vite on oubliera la sacro-sainte croissance et mieux on s'en portera.
La croissance : c'était la marque de fabrique et le symbole de ce capitalisme libéral qui nous a mené vers là où nous nous dirigeons à pleine vitesse c'est à dire le chaos !
Au nom de la croissance nous avons tout sacrifié et surtout l'humain.
Le maintient de beaux taux de croissance sont passés devant tout y compris devant ceux qui les font !
Faut-il nous résoudre à laisser cette folle recherche de la sainte croissance nous violer encore durablement alors même que ceux qui la prônent sont prêts à nous faire mourir au travail jusqu'au dernier si nous ne les arrêtons pas ?
Pourquoi les socialistes ne nous proposent-ils pas un véritable et nouveau projet de société ?
Le monde tel que nous le connaissons est en train de s’éteindre et au moment même où le socialisme véritable pourrait revivre ... il se contente d'agoniser en ne nous proposant que de poser de nouvelles rustines sur la coque de ce vieux rafiot pourri appelé « capitalisme ».
Les socialistes dorment en première classe tout comme leurs camarades de l'UMP et ne se rendent même pas compte que quand le bateau va couler ils seront eux aussi dedans !
Leurs belles idées : rien de novateur, de révolutionnaire ou d'intelligemment éclairé mais que du réchauffé.
Taxer un peu plus le capital, la finance et les ultra riches afin de retrouver de la croissance... voilà leurs audacieux programmes mais pas trop quand même car n'oubliez pas qu'il nous faut à tous prix conserver le triple A.
Mais bordel ! vous ne voyez donc pas que tout cela ne vaut plus un clou ?
Ne voyez vous donc pas que nous sommes à l'aube de problèmes des millions de fois plus difficiles à surmonter que ceux là ?
Les prémisses sont pourtant déjà tout étalés là sous nos yeux !
Si le réchauffement climatique est une réalité (comment en serait-il autrement?) et qu'il provoque les problèmes qu'on nous prédits alors prochainement les états ne seront plus du tout en mesure de rembourser les foyers qui seront victimes de catastrophes naturelles devenues trop fréquentes et trop importantes et par voie de fait toutes les compagnies d'assurances ne le seront pas plus et feront quasi faillites !!
Faut-il leurs remémorer le tsunami japonais ou plus fraîchement encore l'ouragan Iréna aux États Unis qui va juste coûter 7 milliards  de dollars?
Les assurances étant obligatoires.... qui pourra encore les payer sans difficultés si les primes de celles ci venaient à exploser?
Pendant ce temps, mesdames et messieurs les socialistes vous vous souciez de savoir comment nous allons conserver les bonnes grâces des banques et de la finance... quelle folie !
Personne d'entre nous ne souhaite perdre ce qu'il a acquis en terme de confort de vie et de progrès en tous genres mais se voiler la face sur l'inéluctabilité de ces faits ne feront que rendre les choses tellement plus difficiles encore.
« gouverner, c'est prévoir. » disait Émile de Girardin alors messieurs les politiques de tous bords :

Sortez vos jumelles !!


Fichier:Dette publique France 1978-2010.png


N'hésitez pas à faire des commentaires du moment qu'ils sont constructifs.



samedi 10 septembre 2011

Injures raciales... merci mr Hortefeux!

Hortefeux, Brunet, Marleix, Gueant... j'en passe en des meilleurs car il est apparemment de bon ton de lancer des injures ou de faire des blagues à caractères racistes.
Impossible d'oublier la trop "fameuse" blague, devenue subitement "auvergnate", de monsieur Hortefeux alors ministre de l'intérieur (excusez du peu!) qui avait lâché comme tout naturellement cette petite van sur les maghrébins.
Le plus grave surtout c'est qu'il fut confirmé dans ses fonctions sans être trop inquiété.
Le président de la république ne soufflait mot comme en phase avec son ministre.
Le personnage avait même trouvé de nombreux soutiens dans ses propres rangs (bien ordonnés cela va de soi.)
Pensez-vous que sa condamnation pour injures raciales y changerait quelque chose... bah non!
Il suffit juste de faire appel de la décision et c'est reparti pour un tour... d'ailleurs au lieu de ça il surenchérissait avec les roms tout en proposant un colloque sur l'immigration à ... Vichy (rien que ça!!).
Madame Brunel, quant à elle, allait proposer quelques semaines plus tard de ni plus ni moins laisser les clandestins sur leurs bateaux au large des côtes, livrés à leur propre destin ... une mort certaine!
Verdict: cette dame est toujours élue UMP!!!
On appréciera la valeur du symbole.
Plus récemment encore, notre premier ministre ("sinistre") François Fillon voyait en Eva Joly un genre de barbare viking inculte des bonnes coutumes françaises.
Monsieur Marleix, lui, ne voit en la personne de Jean-Vincent Placé qu'un "coréen".
Autant dire que tout cela ne sent vraiment pas très bon et a surtout ouvert la voie à une "décomplexion" totale de tous les petits racistes en herbes.
Ainsi, monsieur Zemmour fut très aimablement reçu par un parterre d'élus UMP afin de donner conférence juste après sa propre condamnation pour injures raciales, le tout sous les applaudissements d'une salle toute conquise à sa cause. (valeur du symbole encore une fois)
Réveillez moi vite... je cauchemarde!!
Du coup, monsieur Galliano en est allé de son petit couplet en venant à carrément regretter que Hitler n'est pas bien terminé le boulot!!!
Mais bon, ce pauvre monsieur n'est apparemment pas trop coupable car il était surmené lors de cette sortie nocturne.
De la sorte, il ne sera condamné qu'à une amende avec sursis somme toute assez ridicule pour un millionnaire comme lui.
Le message envoyé par cette parodie de décision judiciaire semble assez clair: il vous suffit donc très fatigué, en addiction à l'alcool ou à la drogue pour être excusé de regretter que le pire dictateur que la terre ait porté ne vous ait pas encore supprimé!!!
Alors, à qui le tour maintenant, qu'elle est la prochaine étape car la surenchère est ouverte?
Et pendant ce temps, nous autres, juste un tant soit peu bienfaisant et "bêtement" tolérant nous observons tout cela quelque peu désarmés devant tant de haine de l'Autre.
Notre gouvernement se fixe tranquillement des quotas de personnes à expulser de notre beau pays dit des droits de l'Homme!
Par là même, ils posent des chiffres sur les têtes de ces êtres humains qui n'ont pas eu le privilège de naître sur le sol de notre beau territoire.
Le poète nous disait en chantant, comme un cri de détresse, que l'on ne choisit pas sa famille ni de naître sur les trottoirs de Manille... être né quelque part pour celui qui est né c'est toujours un hasard.
Un hasard qui coûte terriblement cher... des insultes jusqu'à l'expulsion pure et simple.
L'écrivain, lui, nous dit: "indignez vous."
Mais indignés, nous le sommes sauf que lorsque l'on voit comment l'indignation des espagnols ou des israéliens est traitée ça ne nous laisse pas beaucoup d'espoir.
Ils ont défilé, campé et sont descendus dans les rues mais qu'en ont donc retenu leurs hommes politiques?
Strictement rien!
Ils attendent patiemment que les tentes se replient et que chacun rentre chez soi.
Alors du coup vers chez nous on semble se dire: "Pourquoi ne pas se permettre quelques petites "blagounettes" racistes?".
Mise à jour: Hortefeux relaxé .... donc la porte sur le racisme continue de s'ouvrir.

A Olivier... qui s'indigne lui aussi.
Vous pouvez faire des commentaires tant qu'ils sont constructifs, merci.

jeudi 8 septembre 2011

Cataclysme?

Y aura-t-il oui ou non une ère cataclysmique pour notre monde?
Voilà durant des années la question que je me suis posé et la réponse semble s'approcher irrémédiablement de moi.
Résumons...
Notre frêle et très jeune race humaine a su en moins d'un siècle épuiser les ressources principales de notre planète qui ont pourtant mis plusieurs millions d'années à se constituer!
Certes, le résumé est très succin mais a le mérite d'apporter très vite la réponse à la question.
Alors, bien entendu, nous aurions pu disserter longuement sur le sujet en s'imposant même les belles règles de la thèse/antithèse/synthèse mais bon.. Inutile et on s'attaque à la question de façon directe et absolument frontale.
Oui et encore oui, cataclysme il va y avoir!
Mieux vaut l'écrire dès maintenant au risque de passer pour un dingue ou de faire pouffer de rire le plus grand nombre mais après il serait trop tard et l'on m'objecterait par la suite qu'après l'heure c'est plus l'heure.
Donc oui, le désastre est devant nous et malheureusement éminemment plus proche que l'on ne pourrait le penser (ou vous le dire).
Nos merveilleux dirigeants, tout auréolés de la gloire de leur égocentrisme et de leur suffisance, nous ont joyeusement catapultés vers des jours bien sombres.
En premier lieu économiquement: vous en renifler les premières effluves et l'odeur pestilentielle est à venir et dieu sait combien ça va puer!!! (voir mon premier billet sur la crise dite grecque)
En second lieu écologiquement, on vous en parle enfin mais pas de panique car nos monarques éclairés ont toutes les solutions et tous les remèdes du genre nucléaire, voitures électriques, gaz de schiste, enfouissement des déchets (ce qu'on ne voit plus ne peut pas nous tuer!) et si il faut, ils sont prêts à vous promettre n'importe quoi afin de prolonger encore un peu plus leur mandat.
En ces temps de campagne présidentielle à venir, ils seront bien en mesure de nous promettre de la croissance et un taux de chômage de retour vers les 3%, le tout avec éradication de la misère et sans sdf.
Dieu que ces gens sont forts!!
Alors, soit ils croient à ce qu'ils disent et ils sont fous, soit ils savent pertinemment qu'ils mentent comme des arracheurs de dents et dans ce cas ils font preuve d'un cynisme infini.
Dans tous les cas, ils ont tout faux mais au chaud de leurs nids douillets parisiens de 300m2 et plus ils n'en ont que faire.
Comment peut-on raisonnablement continuer de parler de croissance, de plein emploi, de hausse du pouvoir d'achat dans un modèle de société où seul le profit individuel compte et ce au détriment de tous les autres si nécessaire, où tout est basé sur l'or noir qui va très cruellement et continuellement venir à manquer et à coûter, où les métaux qui nous servent dans l'ensemble de nos produits vont eux aussi venir à manquer sans parler de ceux dit précieux dont les réserves sont encore plus réduites.
Nous avons donc décidé de scier joyeusement la branche sur laquelle nous nous tenons et tant qu'à faire autant la finir à la tronçonneuse ça ira plus vite!
Il faut bien que la technologie serve à quelque chose quand même, non?
Compte tenu de tout cela, mes pensées les plus compatissantes iront dans un premier lieu vers nos enfants qui n'ont pas demandé à hériter d'un tel merdier et qui n'y couperont pas quand bien même ils arriveraient à stopper rapidement cette connerie abyssale.
En second lieu, mes mêmes pensées, donc toujours compatissantes et sincères, vont vers l'ensemble du règne animal dont on ne dit jamais mot et qui paye lui aussi au comptant nos âneries les plus crasseuses.
Je pourrais bien continuer des pages et des pages durant mais à quoi bon.
Vous seriez peut être tenté de me dire que faire le constat (très amer) de la situation, de la décrire et de la critiquer ne font certes pas avancer les choses et vous n'auriez pas totalement tort.
Ai-je des solutions à proposer me demandez-vous?
Bah! pour ce qui est de la catastrophe écologique à venir, comme décrit un peu plus haut, même en supposant que l'on arrête tout, les conséquences n'en seront pas stoppées et il va falloir quoi qu'il arrive passer par le purgatoire et ce avec consentement ou pas.
Pour ce qui est de nos fabuleuses têtes couronnées et de la façon dont nous pourrions réduire un peu leur pouvoir, et par voie de fait leur irresponsabilité, j'ai bien ma petite idée que je ne manquerai pas de vous exposer au fur et à mesure des prochains billets.
A suivre donc...
PS: pour ceux à qui j'aurais pu coller le cafard, il vous suffit d'ouvrir bien grands les yeux, les oreilles et surtout l'esprit sur les infinies beautés que notre planète nous offre encore à chaque instant ... sourire d'un enfant... chants d'oiseaux... petit rayon de soleil perçant la grisaille... que de choses si simples dont nous nous goinfrons tous les jours sans plus rien en voir de la magie.

Il est possible de s'inscrire comme membre au site afin d'être averti des nouveaux posts et de faire des commentaires du moment qu'ils sont constructifs..
Bonne journée à tous.

mercredi 7 septembre 2011

Lettre ouverte à Monsieur Wauquiez

Aujourd'hui je souhaite revenir sur une magnifique phrase de monsieur Wauquiez:
"Il y a trop d'assistanat en France."
S'il est, en effet, bien souhaitable de lutter activement contre les fraudeurs aux prestations sociales, il faudrait aussi y mettre les moyens et ce ne sont assurément pas les ridicules effectifs dévolus à cette tache qui y suffiront.
Il faudrait donc déjà commencer par regarder dans cette direction avant que de faire des effets d'annonces.
Mais revenons plutôt à la phrase de monsieur Wauquiez qui ne manque pas de piquant.
Nous voilà donc en présence d'un membre du gouvernement de plus qui se décide à nous donner des leçons de bonne conduite et de morale républicaine mais venant d'une personne qui bénéficie d'autant de facilités offertes par nos soins de petits contribuables cela fait plutôt sourire.
Aurait-il subitement oublié que l'état lui fournit un appartement de fonction, des véhicules avec chauffeurs, gardes du corps, probablement la très grande majorité de ses repas tout aussi probablement qu'un cuisinier ou un jardinier à demeure si nécessaire.
Qu'ainsi, il n' a pas à payer de loyer, d'assurances diverses et variées ni même l'essence de ses déplacements (voiture, train, avion...) et qu'il bénéficie d'un salaire que 90% des français lui envieraient!
Inutile de parler de sa future retraite, des éventuelles cumuls de mandats et j'en oublie sûrement...
Alors, certes monsieur Wauquiez, il y a peut être trop d'assistanat mais il semblerait aussi que vous ne soyez pas vraiment parmi les plus mal lotis par ce que notre état puisse donner à ses concitoyens!
Bien sûr, il est sans doute normal qu'aux plus hauts serviteurs de l'état soient proposés des facilités et sans doute des privilèges mais ces "largesses" doivent aussi, et plus que jamais, faire se rappeler à ceux qui en bénéficient combien ils sont privilégiés.
Mesdames et Messieurs du gouvernement ne perdez jamais de vue que chaque discours, chaque phrase, chaque décision que vous preniez... cela se fait au nom du peuple et donc de chaque citoyen de ce pays.
En ces jours où vous semblez tous être plus coupés du reste des français que jamais est-il nécessaire de vous remémorer que tout cela vous est donné par procuration de chacun d'entre nous.
Enfin, à l'heure où l'on commence à nous imposer doucement mais sûrement la rigueur (que vos gouvernements successifs ont copieusement provoqué ) il serait vraiment de bon ton de commencer par symboliquement donner l'exemple par le haut!!
Cela ne résoudra pas le gouffre de dettes que vous nous avez collé pour des années mais cela aura au moins valeur d'exemple!!
Les commentaires sont bienvenus du moment qu'ils sont constructifs... n'hésitez pas.

mardi 6 septembre 2011

crise grecque!







Voilà des mois que nos politiques veulent nous faire avaler que les malheurs de la zone euro sont dus à la Grèce et à elle seule!
Il n'en est pourtant rien!
Bien avant d'être la faillite d'une nation cette déroute... banqueroute devrais-je dire... est bien celle de tout un système.
Le système capitaliste dans son ensemble pour tout dire.
L'ampleur du problème se trouve dans la cupidité du capitalisme tout entier.
Voilà comment une ultra-minorité, se pensant comme une élite, a réussi à nous faire croire que le seul système digne de foi, d'intérêt et de crédibilité était le leur... le capitalisme libéral.
Souvenez-vous du triomphalisme affiché lors de la chute de l'URSS et de sa faillite complète... morale, financière et politique.
Si l'on ne pouvait que se réjouir de l'effondrement d'un système tyrannique et injuste, l'Occident capitaliste ne voyait pas encore venir sa propre faillite.




Elle était pourtant inévitable et prévisible contrairement à ce que vous rabâchent les médias, commentateurs économiques et surtout politiques de tous bords.
Comment oser dire que l'on ne pouvait rien voir arriver alors que l'on prêtait des sommes irremboursables à des travailleurs sous payés!
Les fameuses "subprimes" ou comment faire croire à des personnes désargentées qu'elles peuvent toute devenir propriétaires de grandes maisons, avoir des dizaines de cartes de crédit et vivre indéfiniment au-dessus de leurs moyens!
Les prêteurs savaient bien qu'à un moment ou à un autre les remboursements deviendraient de plus en plus difficiles voire impossibles, il était juste très difficile de dire quand cela se produirait et tout ce système reposait donc sur cette marge de manoeuvre et de temps.
L'heure de l'addition est maintenant arrivée, la facture est abyssale et ne peut plus être repoussée comme en 2008.
En 2008, nos politiques ont eu la possibilité de commencer à prendre des mesures mais ils ont bien sûr préféré reporter et ainsi aggraver la situation!






Aujourd'hui encore, ils préfèrent quasiment tous mentir que de décrire l'horreur de ce qui nous attend... il ne faut pas effrayer les consommateurs restants!
Pourtant le pire est à venir et la situation ressemble à un grand jeu de dominos à la différence que ce petit jeu produit par une poignée de fous toujours plus avides et relayés par des politiques (de droite comme de gauche) sans cesse plus complaisant va devoir être réglés par nous tous.
À l'exception bien entendue de ceux qui l'on produit!
Les ultras riches nous parlent d'une volonté de payer plus d'impôts afin de contribuer au système!
Ils sont responsables de cette catastrophe par leur avidité et leur capacité à détourner des sommes colossales depuis des dizaines d'années et maintenant qu'ils ont plumé tout le monde ils veulent bien redonner quelques miettes afin que le système ne meurt pas et qu'on puisse continuer à leur acheter toutes leurs merdes.
Ils ne manquent vraiment pas d'aplomb!
Les États-Unis ont finalement perdu leur note AAA alors que cela fait déjà très longtemps qu'ils auraient dû la perdre!
Non pas qu'il faille cautionner les agences de notations, loin s'en faut, mais comment a-t-on pu laisser cette note à un pays qui possède une dette de 14 mille milliards de dollars?




Quelle crédibilité peut bien garder un tel état?
Les Grecs sont des enfants de choeur à coté de l'ampleur de ce gouffre!
En conclusion, il faut donc accepter que le système néolibéral du type anglo-saxon ait gagné l'ensemble de la planète et va en couler aussi l'ensemble!
Nos politiques peuvent continuer de mentir tant qu'ils veulent mais la réalité est en train de les rattraper à pas-de-géant.
Sous nos yeux va se dévoiler la cruelle vérité de toutes leurs années de mensonges et de falsifications quand bien même ils se renverraient tous la balle.
Tous les commentaires sont les bienvenus tant qu'ils sont constructifs... n'hésitez pas.