vendredi 23 septembre 2011

c'est la guerre!



Celle dite « froide » est officiellement terminée depuis un petit paquet d'années maintenant (quoique) et l'occident semble vivre en paix depuis ce temps.
Pas de guerre mondiale, pas de guerre civile ni de tensions militaires brûlantes entre les pays industrialisés et riches.
Et pour cause !
Si nous n'avons pas assisté à des conflits armés entre ces nations c'est « grâce » au fric car du moment que les puissants peuvent s'engraisser impunément et tranquillement sur les flancs éreintés des pauvres alors ils n'ont aucun intérêt à précipiter ces mêmes malheureux à s'entre tuer.
La guerre : c'est ça, des très riches et très puissants qui lorsqu'ils ont trop à perdre n’hésitent pas à envoyer, le plus souvent au nom de l’intérêt suprême de la nation, des peuples entiers à s'entre mutiler.
Ne vous y trompez pas car il y a toujours de la guerre qui sourd sous le calme apparent.
Aujourd'hui, cette guerre qui ne se dit pas c'est celle des intérêts financiers des grands états tenus par quelques dizaines de personnes dans chacun d'entre eux.
Prenons la véritable guerre des monnaies qui se mène en ce moment.
Évidemment celle de l'euro/dollar qui est bouillante en ce moment mais il y a aussi celle avec le yuan et le yen.
Or, plus la crise dite des dettes souveraines se tendra et plus cette bataille à coup de milliards s'apparentera à une vraie guerre.
En effet, les USA ont abattu l'ensemble de leurs cartes afin de continuer à vivre (en toute injustice) bien au dessus de leurs moyens et au détriment de l’ensemble de la planète.
C'est vrai, j'ai bon dos de stigmatiser les USA car c'est l'occident dans sa totalité qu'il faut dénoncer mais l'Amérique en est le fer de lance et l'archétype.
Le 21 septembre 2011 ils ont usé des derniers subterfuges utilisables et disponibles mais on voit bien que les autres pays du G20 commencent à faire la grimasse et les chinois depuis un petit plus longtemps que les autres.
Voilà que même nos bisounours de la zone euro finissent par se réveiller.
Ils se rendent compte, enfin, que l'euro fort est entrain de faire voler en éclat l'union (déjà très fragile) avec en toile de fond les traders, en bons soldats aux ordres de leurs capitaines de salle de marché, eux mêmes pilotés par la direction des grandes banques et de leurs puissants actionnaires.
N'oublions pas la quasi totalité de nos politiques lâches et complices d'un système auquel ils se sont
vendus.
Cette guerre qui se cache risque pourtant de propulser les nations vers un chaos financier.
Le grand perdant pourra toujours être tenté de se venger physiquement et bien réellement cette fois contre celui ou ceux qui l'auront mystifié.
Là, finie les batailles rangées derrières des écrans interposés et remplies de lignes de crédits mais bien le risque du retour du sang et des larmes pour la multitude.
Ceux qui ont le plus à perdre sont évidemment ceux qui auront le plus investi dans un système qui s'écroulerait et ne pourrait plus rien rembourser.
A ce jeu là, il semble bien que les chinois soient les plus exposés. Forts d'avoir transformé leur peuple en une main d’œuvre d'esclaves corvéables à merci, les dirigeants de l'empire du milieu pourrait un jour avoir à leur expliquer que de tout cela ils ne tireront jamais aucun fruit !
La merveilleuse nation qui leur doit le plus n'est autre que celle qui a déjà tiré sur toutes les ficelles et les ruses possibles et imaginables afin de se faire passer pour une nation hautement solvable.
Elle ne l'est pas, ou plus vraiment, et ceux qui la compose sont les derniers à s'en rendre compte trop abreuvés et saoulés d'overdoses de séries, films et discours les présentant sans cesses comme le phare du monde.
Quand le phare aura encaissé la vague de récession qui leur fond dessus et qu'il en aura chancelé sur son propre socle, le réveil avec la gueule de bois n'en sera que plus dévastateur.
La mondialisation porte ici plus que jamais bien son nom. Le désastre sera mondial tout imbriquées que sont l'ensemble des nations a ce marasme qui frappe à nos portes.
Prions alors fortement et longuement que, pour la première fois de l'histoire, les peuples ne soient pas dupes des chimères de leurs dirigeants et enfin se refusent à aller guerroyer pour cette poignée de gens qui n'iront, quoiqu'il arrive, jamais en première ligne (ni en seconde d'ailleurs).

En attendant, si comme moi vous voulez encore vous émerveiller à chaque instant de la beauté mystérieuse que l'univers a déposé ici bas, alors je vous invite à découvrir  mon livre et sa page Facebook " Népalsolo  "

PS : Si vous souhaitez être prévenus de l'arrivée des nouveaux articles, il suffit d'entrer votre adresse mail en haut à droite sur la page d’accueil.