samedi 8 octobre 2011

"Sarkozy, il en a dans le panier."


                                                    « Sarkozy, il en a dans le panier. »

Quelle classe monsieur Raoult, vos propos vous honorent !!!
Comme ça au moins pas d’ambiguïté possible, on sait à qui on a affaire.
En premier lieu, on peut en déduire que la gente féminine- qui a donc le panier vide- est donc très vraisemblablement un cran en dessous de l'homme.
En second lieu, tout cela est extrêmement réducteur quant aux relations humaines en général et avec les femmes en particulier.
Que pourra, en fait, une femme courageuse, forte et volontaire face à un « Sarkozy [qui] en a dans le panier » ?
On constate donc que les vieux réflexes primaires ont la vie dure et qu'après avoir eu à s'affairer (de mon mieux) à démonter les démons racistes, il faut maintenant s'attaquer à ceux du machisme.
Ne nous y trompons pas, cette dégradante fanfaronnade de monsieur Raoult ne porte pas d'autre nom possible que « beauferie machiste » .
On se croirait dans une bonne grosse salle de bodybuilding débordante de doses de testostérones.
« Je soulève bien plus que toi et plus longtemps... suis pas un pédé moi ! »
Ce bon monsieur Raoult s'est donc positionné sur la ligne de départ du « plus couillu que nous tu meurs », du  «  Notre chef à nous, il en a une paire grosse comme ça... » et j'en passe et des meilleures...
Ici se dévoile toute la finesse du garçon bien élevé et propre sur lui pourtant maire d'une jolie petite commune classieuse de Seine Saint Denis .
Il en a donc profité pour se retrancher derrière le "que c'était comme ça qu'on disait en banlieue" mais qui n'enlève absolument rien au caractère machiste et idiot de sa déclaration.
En fait, cela me rappellerai même plutôt l'époque où sévissait la tyrannique madame Thatcher en Angleterre et dont on disait très souvent « qu'elle en avait ».
Bah oui ! Pour écraser la gueule de son peuple comme elle l'a fait, aller faire la guerre à l'autre bout du monde ou encore réprimer lourdement toute forme de contestation, il fallait en « avoir ».
Pour paraphraser Renaud, il est vrai que seuls les hommes- dont le panier est bien rempli- sont toujours en première ligne pour faire la guerre, se foutre sur la gueule pour une malheureuse équipe de football ou encore trouver un plaisir jouissif dans des combats de coqs ou de chiens.
Pourtant, monsieur Raoult, je vous assure qu'il n'y a vraiment pas besoin d'en « avoir dans le panier » pour faire preuve de courage, de force mentale (voir physique) d’abnégation ou de pugnacité.
Les femmes s'en chargent très bien et j'en connais dans mon entourage qui ne comptent pas leurs heures, enchaînent parfois plusieurs boulots, se privent durablement (voir dangereusement) de sommeil afin de nourrir, chérir et protéger leurs enfants ou la famille toute entière.
Et le tout avec un « panier »vide !
Alors soit, si vous vouliez ne faire qu'allusion (mais j'en doute très fortement) au fait que les hommes ont une force physique plus développée que les femmes... il serait alors bon de la taire et de la mettre au service de toutes celles à qui elle serait nécessaire le cas échéant.
Enfin, monsieur, étant équipé comme vous et votre « chef » je ne me sens cependant pas le besoin de me mesurer aux autres de mon espèce, pas même d'imaginer que la nature de mon « équipement » soit si précieuse pour me donner de la force ou du courage.
Tout cela peut être parce que je sais que nous sommes tous constitués de féminin et de masculin quoi qu'on en dise ou en veuille !
Pour ma part, voyez-vous, non seulement je l'accepte mais je la cultive même cette part de féminité.
Elle m'apprend chaque jour à aimer mes enfants comme si je les avais moi même portés en mon propre sein tout autant qu'à pacifier et à réguler de possibles élans de « gros mec virile » qui se respecte.
Cela ne m’empêche pourtant en rien d'être un homme !
Essayez aussi ... cela vous évitera sans doute de dire des énormités et vous rendra peut être un peu plus compatissant envers vos semblables !

Y.S