mardi 11 octobre 2011

Steve(sans)Jobs.

Commençons par le plus important : le respect dû à un disparu.
Je rends sincèrement hommage à l'homme en tant qu'homme et comme tout le monde aux innovations qu'il a porté au monde avec son équipe.
Pour le reste, il faudrait arrêter de nous prendre pour des dindons car le personnage était aussi une tête d'affiche du capitalisme libéral et de la mondialisation esclavagiste à marche forcée.
Il faut bien noter que si Apple est une société américaine c'est essentiellement par l'implantation de son siège social et probablement de ses dirigeants et ingénieurs … et puis c'est tout !
Pour le reste tout est quasiment fabriqué en Chine.
Rien d'étonnant à cela puisque ce pays est l'eldorado de tous les grands « cow-boy » US ne rêvant que d'entasser toujours plus de fric.
Pour ça, pas de meilleur endroit sur la planète que ce pays dit « communiste » alors qu'il est le plus sanguinaire des prédateurs de l'Homme contre l'Homme.
Monsieur Jobs avait donc, comme tant d'autres il est vrai, posé ses guêtres là bas avec pour seul et unique objectif d'y trouver la rentabilité maximale.
Certains me feront alors remarquer que la très grande majorité de tout ce que nous consommons vient aussi de l'empire du milieu et qu'avec ce genres d'arguments nous n’achèterions plus grand chose.
Hé ! bien oui et c'est justement là qu'est tout le problème.
Ces grands patrons néolibéraux vont tous faire construire ce dont nous avons besoin au quotidien dans ce pays non pas par soucis de qualité ou même par manque de main d’œuvre plus proche mais tout simplement parce que cette dictature transforme sans hésitation aucune ses ouvriers en esclaves modernes.
Durée de temps de travail extensible à souhait, congés rétrécissables à volonté, droit du travail inexistant et payes misérables.
En plus, pour certains, ils habitent sur site dans des immeubles sécurisées et anti-suicide !
« C'est la seule solution pour avoir des produits bon marché. » me direz-vous !
Doit-on se contenter d'un argument aussi lamentable et dévastateur de bêtise ?
Notre petit confort tient donc à la seule possibilité que de laisser asservir une population en la faisant crever au boulot ?
Et puis, il faut surtout bien voir le prix de revient d'un produit et celui auquel il nous est revendu ici.
C'est de cette frauduleuse façon de faire que se bâfre copieusement et sans état d'âme une poignée de millionnaires.
Voilà pourquoi les jobs que Jobs aurait pu créer chez nous... sont en Chine !
Lui et ses acolytes se font ainsi exploser le portefeuille sur chaque iphone ou ipad qu'ils vous vendent à des prix sans communes mesures avec celui auquel ils les ont fait faire.
Ils pourraient les faire fabriquer aux USA ou en Europe mais comprenez-vous ils ne seraient plus les milliardaires qu'ils sont et cette simple idée les rend malades !
On passe le long discours sur les dizaines de milliers de kilomètres effectués par tous ces produits par avions, bateaux et autres camions qui défoncent la planète alors que tout cela pourrait être conçu à quelques centaines de kilomètres au maximum s'ils renonçaient à leurs faramineuses et inutiles marges.
Si ce monsieur fut bien un petit génie de l'informatique a qui l'on peut être reconnaissant pour cela, il fut aussi et surtout un champion toutes catégories du marketing.
L'iphone1 était avant tout un magnifique joujou « m'as-tu vu »  très bien emballé et présenté, glamour à souhait et pas très performant.
Sûrement pas qu'Apple ne pouvait mieux faire mais plutôt qu'ils attendaient d'en avoir fait acheter le plus possible à tous les fêlés du design et aux fashion victims.
Une fois cela accompli il suffisait de sortir le iphone2 qui devait être au chaud dans les cartons depuis le début !
Et comme on ne change pas une formule qui gagne … rebelote avec le Ipad !
Pourquoi se priver alors que tous les geeks de la planète sont prêts à camper une nuit entière devant les grands magasins afin d'en avoir un ?
Ah ! Oui, en plus les produits Apple ne sont compatibles avec aucun autre... poussons le snobisme jusqu'au bout !
Allez, Steve, repose en paix là où tu es et d'où probablement tu comprends ENFIN combien tout cela n'est que futilité !