lundi 21 novembre 2011

Pharma Mafia.


Comme toujours il nous faut attendre un scandale pour que les consciences ne s'ouvrent.
En l'occurrence cette fois se sont les laboratoires Servier qui décrochent la palme.
Ce n'est pourtant que l'arbre qui cache la forêt.
La pharma/mafia est partout et est très puissante.
Elle a gentiment 'maqué' nos médecins, premier et primordial maillon d'une longue chaîne.
Il fallait tenter de les corrompre en premier car ils font les ordonnances et peuvent d'un coup de stylo magique enchérir ou appauvrir tel ou tel labo.
Bien que la honteuse époque où l'on pouvait les rémunérer directement soit révolue les pratiques n'ont pas tant changé que cela.
Maintenant c'est à grands renforts de cadeaux ou de prétendus séminaires dans les plus beaux paradis terrestres que l'on peut aider à faire se coucher sur l'ordonnance un médicament plutôt qu'un autre.
Les enjeux sont colossaux et les laboratoires se livrent une véritable guerre sur le terrain.
Il y a aussi les autorités que l'on arriverait à dévoyer comme ce fut apparemment le cas pour le tristement connu Mediator.
Là, il semblerait que ce soit la totale puisqu'ils auraient réussi à obtenir des autorisations de mise sur le marché qui n'auraient pas du avoir lieu d'être.
Certains médecins se seraient ensuite laisser aller à le prescrire comme coupe faim avec les drames qui s'en sont suivis et que l'on a découvert il y a peu.
Des utilisateurs qui, eux aussi, entraient dans le cercle vicieux puisque demandant à se le faire prescrire afin de 'booster' leur régime amaigrissant.
Bah oui ! les patients tiennent aussi une part de responsabilité.
Les médecins qui devraient se refuser à toutes ces formes de chantages pourraient bien dire "au revoir" aux clients à qui ils refuseraient de prescrire ce genre de médicaments.
Le client sortirait alors de chez ce médecin bien déterminé a le quitter définitivement pour un plus "complaisant".
Pour aller plus loin encore dans cette logique, qui d'entre nous ne serait pas choqué de sortir de chez le médecin sans avoir reçu son ordonnance "sésame" à l'absorption de médocs ?
Nous avons tous participé à l'explosion des antibiotiques pour un oui ou pour un non.
Une petite angine et hop des antibios...
Quel docteur aurait conservé la confiance de son patient sans cela ?
On a bien commencé à tenter de redresser le tir avec des campagnes de publicités telle que celle au slogan: "les antibiotiques c'est pas automatique".
Ça laisse une idée de l'ampleur du problème pour être obligé d'en venir à faire des pubs télévisées.
Il faut rappeler que les français sont les plus grands consommateurs de médicaments au monde !
C'est un énorme business.
Les bénéfices de ces grands labos sont de plusieurs milliards d'euros chaque année.
Bien entendu que ces laboratoires font aussi des merveilles en trouvant parfois des vaccins et de nouvelles molécules qui ont déjà sauvé des millions de vies.
Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain tout de même mais ce qui reste éminemment condamnable c'est qu'ils s'adonnent eux aussi à ce sport du "tout fric" dans un domaine aussi important que la santé des populations.
Ce n'est absolument pas acceptable.
Cela conduit jusqu'aux absurdités d'intenter des procès à ceux qui font des génériques de médicaments contre le sida par exemple!!!
On arrive ainsi à laisser mourir des gens (en Afrique par exemple) dans la souffrance au seul titre de ne pas perdre de la rentabilité !
Mais les labos 'oeuvrent' aussi dans la filière animale où l'on bourre nos animaux d'élevages de produits antibiotiques voir d'hormones dans certains pays !
Vers chez nous, je pense surtout aux porcs qui semble être l'animal qui en subisse le plus les affres.
L'ampleur du problème est tel que l'on en arrive à retrouver ces cochonneries d'antibiotiques jusque dans les analyses de nos cours d'eau.
Quelles quantités de produits doivent être nécessaire pour en arriver là ?
Toute la chaîne alimentaire en est donc contaminée.
Cela fait que bon gré mal gré, et même en faisant attention, nous soyons tous concernés par ce problème.
C'est à force de l'utilisation acharnée de ces antibiotiques que nous semblons rendre toujours un peu plus résistantes les bactéries et virus. Jusqu'à en arriver au drame de l'e-colis d'il y a quelques mois.
En supposant que nous arrivions à nous raisonner sur l'utilisation des ces antibiotiques à outrance combien de temps faudrait-il pour éradiquer ce fléau ?
Il va donc être primordial de repenser notre comportement sur les médicaments dans leur ensemble.
Une très grande quantité de produits pharmaceutiques ont de toute façon pour seul but que de masquer les douleurs sans jamais en traiter les causes profondes.
Faire taire la douleur quand elle se présente est une excellente chose mais en soigner durablement les causes n'est-il pas encore plus important ?
Dans ce cas, les médicaments ne soignent pas, ne réparent pas mais rapporte surtout des milliards à tout le circuit pharmaceutique !
Des laboratoires en passant par les médecins pour finir par les pharmaciens.
Pendant ce temps là, des gens comme les ostéopathes, qui peuvent vous remettre d'aplomb en deux ou trois séances, ne sont absolument pas pris en charge !
Normal, ils travaillent avec leurs mains et ne rapportent RIEN à la pharma/mafia!
Cherchez l'erreur !

Y.S