lundi 9 janvier 2012

Des congés payés aux congés gachés!


Quel paradoxe que celui-là!
Après avoir obtenu de hautes luttes le droit aux congés payés, après avoir réussi à rendre possible la sécurité sociale pour tous, la retraite par répartition ou les indemnisations chômages nous voilà de retour à grands pas vers la régression sociale.
Mais comment en est-on arrivé là?
Hé bien! mesdames et messieurs par égoïsme!
Oui oui! vous avez bien entendu c'est ce qui nous a tant libérés qui aujourd'hui nous re-conduit en droite ligne vers l'ère postindustrielle.
Pourtant combien ont dû souffrir nos aïeux avant que de pouvoir obtenir ce que nous considérons comme normal, voire banal.
Des vacances, deux jours de congés consécutifs ou une couverture sociale...
Que de choses qu'aucun patronat n'a consenti à donner de lui-même et qu'il a fallu contraindre pour l'obtenir.
J'imagine aisément que l'on devait servir la même salade aux ouvriers (esclaves) de l'époque sur l'impossibilité de pareils droits qu'aujourd'hui on nous assure qu'il n'y a pas d'autres solutions que de lâcher les acquis sociaux!
Pour autant les très riches de l'époque n'ont jamais eu à quitter leurs châteaux et le train de vie qui allait avec!
Rien a changé et si l'on consentait à forcer ces mêmes très riches actuels à payer beaucoup plus d'impôts ils n'en seraient pas plus malheureux que leurs prédécesseurs.
Ces braves gens sont absolument d'accord pour utiliser l'ensemble des structures construites grâce aux impôts des membres de la nation sans avoir à participer eux-mêmes!
Madame Bettencourt (c'est un exemple car je n'ai rien contre elle en particulier même si elle est à la tête d'une fortune personnelle de 22 milliards d'euros!) est très heureuse de rouler sur les belles routes françaises depuis l'arrière de sa limousine avec chauffeur, de bénéficier des services tels que postes, gendarmeries -pour déposer plainte contre sa fille!- préfectures, tribunaux, mairies, gares, aéroports et j'en passe mais par contre elle cache son argent dans des paradis fiscaux pour ne pas avoir à participer à tout cela!
Avouez que c'est faire preuve d'un cynisme assez certain, non?
Ils veulent bien de tous les avantages de ce système mais surtout pas de ces "inconvénients"!
Ils n'hésitent, aussi, surtout pas à faire appel à ces structures étatiques quand il s'agit de renflouer financièrement leurs errements! (cf crise des "subprime" de 2008)
Ajoutez à cela que ce sont les mêmes qui (en général) rêvent de nous voir retourner au Moyen Âge et pendant ce temps nous attendons tous d'être au pied du mur et acculés pour nous décider à défendre notre humanité!
Une fois encore, il faudra que l'on vienne nous la grignoter notre belle dignité d'Homme avant que nous ne nous réveillions collectivement aux malheurs que par égoïsme nous avons cautionnés.
Il faut bien croire que nous avons encore un peu trop à perdre individuellement pour nous rendre à l'évidence que nous perdons tant et plus de façon collective.
Nous sommes maintenant à la fin d'un cycle qui est bien plus profondément engagé que nous ne voulons l'admettre.
Le virage que nous avons amorcé ressemble tellement plus à une tête d'épingle que notre prise de conscience collective n'en est que trop lente.
Game over!
Voilà ce qui s'affiche en première page du magazine "notre planète".
La période est cruciale et donne une nouvelle opportunité de concrétiser une prise de conscience collective de nos égarements.
Surtout restons positifs au coeur même du marasme qui nous fonce dessus.
À quoi bon broyer du noir quand tout va déjà s'en couvrir pour obscurcir notre vie?
Tous ces avantages qui auraient dû nous conduire vers la joie collective et participative nous auront finalement menés à un individualisme égoïste et cannibale.
Nous avons bien voulu croire que nous pouvions conserver à jamais intact un projet collectif tout en faisant preuve d'un individualisme sans limites.
Folie que de croire une chose pareille possible!
Alors chaque jour un peu plus se fait précaire un système qui avait cependant de belles fondations.
Pourtant au lieu de nous rattraper, d'en reprendre vite soin et de le consolider nous le dilapidons par notre terrible aveuglement!
Plus pour très longtemps!?


Parti Socialiste en 2012: Allô y'à quelqu'un?