lundi 30 janvier 2012

Sion: appel à la réconciliation.



Qu'es-tu devenu peuple élu?
L'élection n'appelle-t-elle pas nécessairement à tendre vers la perfection?
Le poids des lois ne doit-il pas intrinsèquement ouvrir les voies à la félicité du choix?
L'élection en commandement infini à l'éviction de toutes les afflictions!
Passé chargé de sang, de guerres, d'horreurs et de peurs alors que pourrait-on souhaiter d'autre que de voir tout cela s'envoler vers l'anéantissement?
En lieu et place de la belle construction du coeur s'étale tout autant que s'étire celle d'un mur d'enceinte qui n'accouchera que de toujours plus de haines.
Ne chérissez-vous donc pas ce même Jéhovah, Celui que si intelligemment au début des temps on ne nommait pas?
Vos guides ne sont-ils pas les mêmes Jacob, Moïse ou Abraham comme autant de pères fondateurs en recherche d'une commune sagesse?
Issa/Yechoua/Jesus ne nous a-t-il pas à nous tous enjoints de nous aimer les uns les autres... d'aimer notre prochain comme nous-même?
Tout cela ne serait-il donc que verbiages et paroles perdues aux vents?
Peuple élu, ne sais-tu pas qu'à ne plus faire que te protéger des haines et des violences tu dois tout autant te livrer à l'amour de tous les autres chéris aussi par le Créateur?
Nos séculaires sagesses ne nous demandent-elles pas de briser les tangentes au profit des si merveilleuses parallèles?
Israël, ton renfermement et ta réclusion volontaire font même monter tes plus radicaux contre tes propres femmes, soeurs et enfants!
Nous aurions tellement préféré que les voix de ceux qui aiment le partage et l'amour l'emportent sur l'exclusion et l'égoïsme.
De tous camps en sont qui prient aussi silencieusement que religieusement dans le vacarme de vos armes.
Elles se crachent d'aplomb aux visages pour perpé-tuer et transmettre les pires instincts aux seuls résultats de s'enfoncer toujours plus dans le rien.
La tache est certes très ardue que d'enrayer ces processus ancestraux de vendettas mais quel autre choix?
Dans quels pas, messieurs les radicaux, voulez-vous donc faire marcher vos petits enfants?

Ne souhaitez-vous donc pas qu'un jour vos générations puissent dire autre chose que:
"et c'est ainsi qu'on perdit Sion!"

Resister par la non-violence.