lundi 23 janvier 2012

Sur l'aile du vide.

Sur l'aile du vide...

"Au bord de ce gracieux précipice te voilà belle chute...
Elle, adossée au silence du vide, transperce jusqu'au courant portant d'un "chut !" dont le flottement s'éteint sur l'infini.
Là, sans temps - s'écoute - la musicalité d'un parfum du néant.
Laisse s'enfoncer ce sang foncé aux bleus teintés d'une royale bonté.
Cette bleutée assombrit des toiles d'étoiles... les célestes s'étiolent en d'interminables éclaboussées ...
Aux mille feux de ces altitudes, un éclat caresse de son aile des feuilles de toits... oui : de toi....
L' instant dune -fragrance- se cristallise aux jamais du vivre ici en éternuité.
Sorti des âges, suspendu au dépouillement de l'éternel Amour, scintille, chatoie -tout- se dilatant pour toujours.
Ainsi accompli, l'esprit supplie à toutes les paix."
YS.






Sans commune mesure plus importante que l'ensemble des articles critiques est la fantasmagorie des rêves.
Ils comptent plus que tout!
Rêvez et rêvez encore mes amis, ne laissez jamais la guillotine pragmatique du matérialisme briser la pureté abyssale de votre esprit.
Sortez, écoutez, regardez et respirez comme la vie est un étrange ailleurs demandant encore et encore de l'Amour.
A ceux qui veulent prolonger le petit voyage: retrouvez mes autres petits poèmes!

http://healeyleblog.blogspot.com/2011/12/nirvana-me-revoila.html
http://healeyleblog.blogspot.com/2011/11/combien-de-vies.html
http://healeyleblog.blogspot.com/2011/10/un-jour-viendra.html
http://healeyleblog.blogspot.com/2011/12/sans-frontieres.html
http://healeyleblog.blogspot.com/2011/12/laissez-nous-respirer.html