lundi 3 juin 2013

De la démocratie véritable...

Démocratie à l'agonie... la rime est aussi pauvre que ne l'est ce qui reste de cette merveilleuse idée née il y a 2521 années à Athènes.
Vilaine ironie du sort car c'est dans ce même pays, la Grèce, que se sont acharnés les foudres antidémocratiques.
La plus tristement célèbre des banques d'affaires américaines, Goldman Sachs, réussissait à faire entrer ce pays fondateur de la démocratie dans l'Union Européenne en falsifiant complètement ses comptes de bout en bout !
Et comment pourrait-on douter que ces fins stratèges ne connaissent pas par avance l'inéluctable résultat d'une telle supercherie ?!
Ils savaient très bien ce qu'ils faisaient, tout aussi parfaitement que lorsque les banques américaines vendaient à des gens désargentés des maisons dont ils ne doutaient pas une seconde qu'ils ne pourraient jamais les rembourser dans leur totalité.
Pas si grave devaient-ils se dire dans le fond de leurs têtes remplies d'un cynisme infini... on saisira les propriétés en temps venu lorsqu'ils n'arriveront plus à rembourser croulant alors sous leurs multiples dettes.
Au final, faire entrer la Grèce dans l'Union c'était ni plus ni moins que refaire le bon vieux coup du cheval de Troie!
Remarquez bien que cette entrée inopportune n'a fait qu'accélérer un processus déjà pas mal engagé et qui aurait quoi qu'il arrive porté les mauvais fruits inhérents à son mode de fonctionnement.
Nous en mangeons les très mauvais fruits au gout si amer et on n'est pas près de manger autre chose que cela pour un bon petit moment.
De toute façon la ploutocratie avait déjà remplacé toute autre forme de gouvernance depuis fort longtemps dans nos pays occidentaux.
Ne commençons pas ici à nous étendre sur l'ensemble des travers pris par nos états car nous pourrions probablement y noircir suffisamment de pages pour en écrire un roman!
À quoi bon et tenons-nous en plutôt à tenter de trouver des solutions.
Nous venons de le voir en seulement quelques lignes dans le fait que les familles les plus riches tiennent les rênes de nos gouvernements et ce de façon directe ou indirecte.
Tout d'abord par pure et simple corruption mais aussi par le fait qu'ils arrivent à se faire élire grâce à leur puissance financière ou encore par le biais des médias qu'ils possèdent aussi.
Le pire travers restant la corruption financière qui peut gangréner l'ensemble de la société à tous les étages.
Nous sommes bien capables de tous nous laisser y aller bien plus qu'il ne le faudrait tout en nous permettant, en même temps, de crier aux salauds qui s'y adonnent dans les hautes sphères.
Certes ils cachent, détournent ou volent des sommes considérables mais en faisant de même à notre humble petit niveau que pouvons-nous donc dire?
Il est avant toute autre chose de notre devoir que de corriger nos propres travers afin de pouvoir espérer un jour de voir revenir la démocratie véritable.
Oui, c'est bien là que se trouve notre bel enjeu que d'un jour faire revenir la vraie, la belle, l'honnête démocratie.
Celle née en 508 avant Jésus-Christ lorsqu'un très courageux Clisthène supprima le pouvoir autocratique des grandes et trop riches familles de la cité.
Et qui sera donc notre Clisthène à nous?


Il fit ainsi naitre la démocratie directe et participative.
L'assemblée du peuple, l'ecclésia, où chaque citoyen pouvait être appelé à y devenir un magistrat ou un membre du conseil là même où se votaient les lois.
TOUTES les catégories de citoyens y étaient représentées et à chaque journée le président de l'assemblée y était tiré au sort diminuant ainsi fortement les risques de corruption.
Là, vous voyez combien on est TRÈS TRÈS LOIN des standards pourtant mis en pratique il y a plus de 2000 ans !
À notre décharge seuls les hommes pouvaient y participer à savoir ceux de plus de 20 ans nées eux-mêmes de parents citoyens mais pas les femmes ( en même temps il aura fallu attendre le 29 avril 1945 de part chez nous pour que cette honte ne prenne fin !)
Les étrangers non plus ne pouvaient prévaloir de droits à participer ( là, toujours rien de neuf sous notre ciel et y compris aux élections locales ! )
En somme, il est vraiment bien inutile d'aller chercher loin des solutions qui nous tendent les bras car notre simple devoir est maintenant d'améliorer et d'étendre un concept bien né.
Les bases étaient solides et il nous reste seulement à les reprendre avec les améliorations nécessaires qui s'imposent.

Résumons donc :
-Représentation obligatoire de l'ensemble des catégories socio-professionnelles à l'assemblée.
-Tirage au sort du président de l'assemblée pour une durée déterminée.
-Représentation des étrangers vivant et travaillant en France depuis plusieurs années.
-Non-cumul des mandats pas plus que la possibilité de deux ou trois représentations successives.
-Interdiction formelle de faire "carrière" politique et inéligibilité à toute personne prise en flagrant délit de corruption, de fraude ou de détournement du bien public.

Voilà un bon début pour reprendre le contrôle de la vie politique au compte de l'ensemble des citoyens, non?
En fait, il n'y a rien d'impossible et d'insurmontable mais juste un peu de bon sens... tout simplement !
N'oublions ENFIN surtout pas de rappeler les deux piliers de toute véritable démocratie qui se respecte:
-L'éducation.
-La justice.

Y.S

Un immense merci à tous ceux qui me lisent et qui sont d'ailleurs de plus en plus nombreux :)